Musique et danse Irlandaise Ecossaise Bretonne

DANSE ET MUSIQUE IRLANDAISE Musique pop-rock celtique ou acoustique avec danseurs(ses) irlandais Répertoire : irlandais, breton, écossais, chanteuse-guitariste Ecossais

Musique Irlandaise

La musique la plus ancienne connue en Irlande est celle des harpistes des clans gaéliques datant du IXe siècle. La harpe figure comme emblème du pays depuis au moins le XIIIe siècle.

Toutes ces danses s’effectuent dans un même style : le corps très droit, il y a peu de mouvements de bras ou alors très raides ; quand on danse seul, les bras sont tendus, le long du corps, légèrement tirés vers l’arrière. Il est d’usage de serrer les poings, ce qui amène naturellement les bras à une bonne position, sans être crispé.

Chaque danse commence en cinquième position classique.

Costumes

En Irlande, il n’y a pas de véritable costume traditionnel, comme dans les pays qui ont connu une industrialisation rapide (Angleterre, Belgique...). Les costumes que l’on présente généralement comme irlandais sont ceux utilisés en compétition.

• Pour la fille : robe de coton raide à panneaux (couleurs sombres pour les plus anciennes, voire carrément criardes pour les plus récentes), chaussettes blanches montantes (pooddle socks), perruque bouclée, souvent une couronne ou un diadème. • Pour le garçon : chemise blanche, pantalon noir (certains sont toujours fidèles au kilt uni, porté avec des chaussettes qui arrivent sous le genou), veste et cravate.

Deux types de chaussures sont utilisés : les ghillies (ou soft shoes) et les hard shoes. Les ghillies ne sont portées que par les filles. Ce sont des chaussons en cuir souple, lacés sur le devant. Les hard shoes sont des chaussures de cuir plus rigide, dont la pointe et le talon sont agrémentés de "tap" en fibre de verre. Elles sont utilisées pour les claquettes irlandaises.

Danses de compétitions

Les compétitions ( Féile, en gaélique) se déroulent lors de feiseanna (pluriel de feis, festival). Le terme de feis ne concerne pas que la danse, il y a des feiseanna de chant, de poésie, etc... Les deux principales commissions de danse irlandaise sont "An Coimisiun", la plus connue, et "An Comhdhail". La règle la plus importante est que le danseur qui se présente doit être l’élève d’un T.C.R.G., c’est-à-dire un professeur agrégé par la Commission. Ces danses possèdent une chorégraphie réglée par la Commission officielle de danse irlandaise de Dublin. Il existe quatre chorégraphies pour chaque danse (sauf certaines, voir description), qui correspondent à quatre niveaux de difficulté : • Bun Grad ou beginners • Primary Thus Grad/Tus Grad ou primary • Novice Grad/Mean Grad ou intermediate • Open Grad /Ard Grad

La musique irlandaise s’est développée sur toute l’île d’Irlande depuis l’Antiquité, parfois influencée par le contexte politique ou religieux de l’époque. À la suite de l’émigration massive des Irlandais au xixe siècle, elle s’est répandue aux États-Unis notamment, mais aussi sur l’ensemble du Royaume-Uni. Elle a été incluse dans d’autres styles et de nombreux reels et jigs irlandais ont été repris, entre autres par le bluegrass et la musique traditionnelle canadienne, y compris au Québec.

La musique la plus ancienne connue en Irlande est celle des harpistes des clans gaéliques datant du ixe siècle. La harpe figure comme emblème du pays depuis au moins le xiiie siècle. On ne sait rien des musiciens non professionnels ni des danses pratiquées à l’époque mais le harpiste accompagnait un poète qui proclamait les louanges du chef de clan auquel il était rattaché.

Avec le temps, les musiciens devinrent peu à peu des musiciens itinérants, conséquence du déclin de la société gaélique entre le xiie siècle et le xviie siècle, dont un des derniers témoins est le harpiste Turlough O’Carolan mort au xviiie siècle.

Musique traditionnelle

Principalement originaire des xviiie et xixe siècles sous la forme connue actuellement, la musique traditionnelle se subdivise en musique vocale d’une part et musique instrumentale d’autre part. Mais c’est la voix qui en forme la base, en raison d’une caractéristique prépondérante de cette musique essentiellement mélodique : les ornementations. On distingue • le chant sean-nós (litt. « style ancien »), chant en gaélique a cappella, difficile d’accès au premier abord, issu du Moyen Âge, une des forme du chant traditionnel irlandais ; • la musique de danse, purement instrumentale qui depuis quelques décennies se joue aussi dans les pubs (socializing) ; • la musique mélodique, avec les ballades, les slow airs (mélodie instrumentale lente et calme) et les laments (mélopées racontant une histoire triste, proches des gwerzioù bretonnes) ; • les ballads, chants militants composés pour magnifier l’esprit et l’action nationaliste, en particulier à partir du xixe siècle, dont sont issues les "protest songs" d’Irlande du Nord au XXe siècle.

Aujourd’hui, on rencontre surtout des interprétations de la musique de danse, qui a le plus suscité de compositions, et des ballades en anglais.

Musique de danse Irlandaise

Du point de vue harmonique, la musique traditionnelle est diatonique, mais comporte parfois des altérations, et se joue principalement dans les tonalités de sol, ré et la majeurs.

La première source révélant le nom d’une danse irlandaise remonte à 1590. Dix ans plus tard, Fynes Moryson, secrétaire de Lord Mountjoy, écrit que les Irlandais « dansent très volontiers, n’usant pas de l’art des mesures lentes ou des gaillardes, mais seulement de danses campagnardes ». Un quatrain rédigé en 1670 mentionne quatre noms de danses.

Danse irlandaise

, fête de la Saint-Patrick

La musique de danse constitue un répertoire énorme (plus de 6 000 mélodies ou tunes) réparti en plusieurs types dont les trois principaux sont la jig (du français "gigue", cf. l’allemand geige, violon), le reel et le hornpipe. Il existe trois formes de jig : 1 la double jig, en 6/8, dont l’unité rythmique consiste en deux groupes de trois croches. Son autre caractéristique réside dans la dernière mesure comprenant trois croches et une noire, celle-ci reproduisant la même note que les 2e et 3e croches ; 2 la single jig, en 6/8 ou 12/8, présente une unité rythmique de deux groupes de noire-croche. Cette jig est caractérisée par sa dernière mesure comprenant une noire pointée et une croche ; 3 la slip jig ou hop jig adopte la mesure 9/8 par groupes de 3 croches (3/8 3/8 3/8).

Le slide est une sorte de jig en 12/8, qui se caractérise par ses pas glissés, d’où son nom (en anglais, to slide signifie glisser).

Le hornpipe adopte la mesure 4/4 et se joue sur un tempo modéré. On accentue en principe une croche sur deux, non comme les « croches inégales » du baroque français, mais plus ou moins comme si la première valait les deux dernières croches du triolet.

À part les polkas – prisées dans la région de Sliabh luachra (à cheval sur les comtés de Cork et de Kerry) -, les valses et quelques autres rares danses (fling, barn-dance dans le nord du pays)

Danses Bretonnes

Comme toute danse traditionnelle, la danse bretonne se caractérise par une forme (en ronde, en chaîne, en quadrette, en couples), un pas (souvent en 4, 6 ou 8 temps) et enfin, un style. La grande majorité des danses, surtout les plus anciennes, sont des danses collectives, en rond ou en chaîne.

Source Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Danse_irlandaise

https://fr.wikipedia.org/wiki/Danse_irlandaise


Anim'Art - 135, quai de Bonneuil - 94210 La Varenne Saint-Hilaire - Tél : 01 48 85 48 47 / contact@animart.fr

RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Crédits | Réalisation Eliaz Web